Gugging !

 

The crazed in the hot zone

 

galerie christian berst

 

 

 

Œuvres de l’exposition

Leopold Strobl

Leopold Strobl

Sans titre
2 400 €
Contacter la galerie
Leopold Strobl

Leopold Strobl

Sans titre
1 800 €
Contacter la galerie
Leopold Strobl

Leopold Strobl

Sans titre
2 200 €
Contacter la galerie
Leopold Strobl

Leopold Strobl

Sans titre
Vendue
Contacter la galerie
Leopold Strobl

Leopold Strobl

Sans titre
Vendue
Contacter la galerie
Leopold Strobl

Leopold Strobl

Sans titre
Vendue
Contacter la galerie
Leopold Strobl

Leopold Strobl

Sans titre
2 500 €
Contacter la galerie
Leopold Strobl

Leopold Strobl

Sans titre
Vendue
Contacter la galerie
August Walla

August Walla

Sans titre (Boot)
5 200 €
Contacter la galerie
August Walla

August Walla

Sans titre (Donaukraftwerk)
5 200 €
Contacter la galerie
August Walla

August Walla

Sans titre (Haus mit Installation)
Vendue
Contacter la galerie
August Walla

August Walla

Sans titre (Russlochteich)
5 200 €
Contacter la galerie
Gunther Schutzenhofer

Gunther Schutzenhofer

Deck chair
Vendue
Contacter la galerie
Gunther Schutzenhofer

Gunther Schutzenhofer

Autumn tree with leaves
2 800 €
Contacter la galerie
Gunther Schutzenhofer

Gunther Schutzenhofer

Chair
Vendue
Contacter la galerie
Gunther Schutzenhofer

Gunther Schutzenhofer

Radio
Vendue
Contacter la galerie
Loading...

galerie christian berst, Paris

3-5, passage des gravilliers 75003 paris (entrée par le 10, rue chapon)

Gugging !

The crazed in the hot zone
du 2 septembre au 14 octobre 2017

Lieu emblématique de l’art brut, la maison des artistes de l’hôpital psychiatrique de Gugging, près de Vienne, en Autriche, a révélé depuis sa création par le docteur Navratil en 1981 quelques-uns des artistes bruts les plus iconiques de notre époque. On sait moins que David Bowie – qui, avec Brian Eno, leur avait rendu visite en 1994 et collectionnait leurs œuvres – y trouva l’inspiration de son album Outside. Tandis que l’artiste et collectionneur d’art brut Arnulf Rainer avait été durant de nombreuses années un habitué des lieux, travaillant même à quatre mains avec plusieurs de ses résidents.

Depuis qu’un fascicule de l’art brut leur a été consacré en 1983 – avec l’imprimatur de Dubuffet, d’habitude pourtant réticent à adouber les lieux de création institutionnels – les artistes de Gugging sont certainement ceux qui, dans ce champ, ont fait l’objet du plus grand nombre de publications, de films et d’expositions. Sans compter, qu’à l’instar de Hartung, Merz, Baldessari ou Kentridge, ils ont même été honorés collectivement en 1990 du Oskar Kokoschka Preis, plus haute distinction artistique autrichienne.

Aujourd’hui, tandis qu’une quinzaine d’artistes y vivent et travaillent toujours, l’aventure internationale de ce pavillon – fruit de la germination commencée dès les années 50 par ce psychiatre visionnaire qu’était Léo Navratil – se poursuit avec une vigueur nouvelle : par la fondation en 2006, à l’instigation de son successeur le Dr Johann Feilacher, d’un musée exceptionnel et le développement d’une politique éditoriale extrêmement qualitative qui a fini d’établir la renommée de Gugging comme l’autre centre névralgique de l’art brut, après la collection de Dubuffet fixée à Lausanne.

Plus d’une décennie après le premier hommage que nous leur avons rendu en 2006, nous sommes aujourd’hui très fiers de réunir les œuvres – des plus historiques, voire muséales, aux plus contemporaines – de 9 de ces artistes hors pair : Laila Bachtiar, Johann Fischer, Helmut Hladisch, Johann Korec, Heinrich Reisenbauer, Günther Schützenhofer, Leopold Strobl, Oswald Tschirtner et August Walla, à qui nous avons déjà consacré une exposition et un catalogue en 2015.